Si on respectait les étapes ?

Les médias en ce moment évoquent déjà le second tour de l’élection présidentielle postulant que l’on rejouera ce qui s’est passé la dernière fois soit le “choix” entre Marine le Pen et Emmanuel Macron.

En tant que citoyen, il est un peu déplaisant d’avoir le sentiment que l’on nous forcerait la main comme si le premier tour était déjà plié.
C’est oublier un peu vite ce qui s’est passé lors des deux élections précédentes où rien n’était joué un an avant…

Un autre point assez pernicieux est la tendance sur certaines chaînes privées notamment à dire qu’après tout, le FN-RN se serait “banalisé”, “assagi”, “dédiabolisé”… Aucun lien ne semble être fait avec le trumpisme et ce qui s’est passé au Congrès américain.

Concernant le RN , outre le fait qu’on peut s’étonner de voir le parti changer aussi aisément de doxa sur nombre de sujets capitaux, il n’en reste pas moins que la simple lecture des commentaires des soutiens de ce parti sur les réseaux sociaux, montre que la modération est loin de les avoir touchés… Il ne faut pas gratter longtemps pour lire des propos puants de racisme, d’homophobie ou de machisme… Cette absence d’esprit critique de certains grands médias montre à tout le moins un aveuglement inquiétant.

La contamination de certaines convictions qu’il porte parmi d’autres mouvements, montre que l’on s’approprie sans recul des “évidences” qui mériteraient d’être questionnées. On va rarement aux causes des difficultés et le réflexe d’en appeler au “parti de l’Ordre” comme sous Napoléon III reste tenace. Il est vrai qu’il est facile.
Ainsi sans complexe, le ministre de l’Intérieur peut-il prétendre doubler la candidate d’extrême droite… par la droite !

La gauche est morte pour certains. Et le recours à l’anathème de “l’islamo-gauchisme” viendrait l’achever unilatéralement en la faisant tomber dans l’indignité. La faiblesse et la maladresse de nombre de ses grands leaders ne rassure pas. Et pourtant … il y aurait des possibilités d’imaginer une alternative qui ne se fonde pas sur le rejet d’autrui ou une approche sécuritaire…

Localement, dans la petite commune où je réside, malgré quelques maladresses formelles, j’observe pourtant une équipe municipale de “gauche écologique” plutôt capable avec modération d’établir le dialogue et des modalités de démocratie participative qui augurent de façon positive et constructive, ce qu’il serait possible d’imaginer sur une plus grande échelle.

Les élections régionales à venir, dont on parle peu, risquent de voir une abstention terrible. La pandémie n’est pas terminée mais on ne voit guère chez les politiques de capacités à en analyser les causes profondes et encore moins anticiper la prochaine crise.
C’est plus la déstabilisation de l’éco-système et la déforestation que la mondialisation en soi qui fragilisent le système même si nombre d’habitudes sont à changer.

Il serait bien tout de même que les grands médias mesurent qu’ils jouent avec le feu notamment en ne permettant plus à la diversité des idées de s’exprimer sur les grands plateaux.

Quelle pression les citoyens pourraient-ils exercer en ce sens ? Pour ma part, je ne regarde plus la chaîne d’information qui offre son porte-voix à un petit monsieur atrabilaire semeur de zizanie. Et je ne citerai même pas son nom !

Laisser un commentaire

Retour haut de page