Auray, - Morbihan, France (Union Européenne)
site@vincentbreton.fr

Il faut tourner la page

l'écriveur

Il faut tourner la page

une forêt à Camors

Après quelques errements, quelques atermoiements (tiens, je croyais qu’il fallait deux t), il s’agit de se recentrer, se concentrer, élaguer et choisir à l’aube d’un vrai changement de vie.

Je cause pour moi, je sais…

Après quarante années, un peu plus, passées au service de l’État, plutôt que de me demander si c’était utile, si j’ai bien fait et de m’interroger longuement de savoir si j’aurais encore des choses à dire à propos de ce que je peux penser de l’école ou de la façon d’enseigner, je me suis dit que les autres allaient bien continuer sans moi et que je pouvais maintenant me centrer sur ce que je voulais faire dans cette dernière partie de ma vie : écrire et chanter.

Je l’ai déjà dit ailleurs, j’aimerais pouvoir écrire sur tout et tout écrire : actualité du monde, émotions, sensations, romans, théâtre, contes et poésies pour petits et grands… et je me retiens de ne pas parler de pédagogie, d’école, de système éducatif…

Mais il faut choisir, donc renoncer, élaguer, nettoyer, simplifier.
Je ne peux pas être partout, malgré ma gourmandise courir au four et au moulin, tenir cinq carnets et trois stylos tout en tapant sur ce clavier, je veux tenir la distance, m’amuser sérieusement, comme tous les enfants.

J’avais crée ailleurs divers autres blogs que je vais sagement archiver. Ici, ce journal sera une sorte de fil, la couture entre ce que je vais déposer là et les échos du monde extérieur… mais je ne crois pas intéressant de céder au commentaire sur l’actualité du Monde même si je l’ai fait parfois.

Souvent je retiens ma colère… mais il importe peu de vouloir avoir raison. Il m’importera plus d’incarner ce changement espéré et de tenter de rester fidèle à quelques valeurs qui me tiennent… Et si je suis trop en colère, je ferai une chanson !

Je voudrais savoir éveiller votre curiosité avec autre chose. Vous donner goût immodestement à explorer le petit univers que je vais construire ici…

Des écrits longs, des écrits courts, des images… pour vous.

Je vais aussi élaguer, retirer des pages que je trouve de peu d’intérêt ou trop brouillonnes. Magie du numérique mais illusion du numérique où tout ne s’efface pas vraiment.

L’été sera ce temps de la transition, puis à la rentrée j’agiterai un peu les clochettes pour montrer les prémisses de ce que j’aurai tenté… Cela s’appelle “se mettre en projet”. Mon projet c’est d’être l’écriveur.

Sans honte ni orgueil toujours, sans la vanité du grand auteur, je suis l’écriveur, c’est dire celui qui sans cesse pense à ce qu’il va écrire, qui écrit dans sa tête même sans plume ni papier, qui rêve ce qu’il va écrire.

Et on a beau dire, l’écriture, c’est la seule chose qui nous distingue vraiment de l’animal…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :