Érotique – une chanson

Publié le Catégorisé comme Chansons
Mur

Une chanson érotique ? Les gens diront : « Voilà, il a vieilli et sombre lui aussi dans le côté libidineux. » S’agit-il donc une chanson qui devrait rapidement connaître la censure ? On a dit érotique, pas pornographique… et au fond c’est peut être bien une chanson d’amour..

La chanson

0:00

Le texte

L’érotique – à L .

Personne n’imagine, lorsque tu me retrouves, 
Aux heures les plus livides, ou dans ce creux du jour,
Poussant le grand portail, tu traverses la cour
Entre dans la maison, svelte à pas de velours

On dirait un félin, glissant dans la maison
Ta silhouette agile, rapide se faufile
Vers le grand canapé où je dis ton prénom
Tu te hisses vers moi, déjà mon cœur jubile

Ton sourire s’empare de ma bouche encore close
Tes yeux résolus plongent jusqu’au creux de mes reins
Espiègle ta langue vient, voici déjà qu’elle ose
Mélanger nos salives et se cherchent nos mains,

Nos vingt doigts se retrouvent, ils étaient impatients
Et nous montons ensemble dans la belle allégresse
J’entends sourdre déjà ces si doux battements
Ton souffle dans mon cou, se fait tendre promesse

Voici que tu m’entraînes vers la chambre si calme
C’est ce grand lac immense où nous allons nager
Tu t’élances, je glisse, tu pousses un coup de palme
Et nous plongeons plus loin dans cette douce apnée

Tout ce qui se mélange, tout ce qui nous subjugue
Tout ce qui nous transporte et ce qui nous révèle
Je succombe à vos charmes, ô délicieux succube
Je vois que vous aimez quand je déploie vos ailes

Et nous voguons ensemble dans cet espace étrange
Où les parfums se mêlent aux couleurs d’aquarelle
Nous sommes si légers et ton sourire d’ange
M’entraîne dans cette joie et jusqu’au fond du ciel

Où sommes-nous ici, s’explore un continent
Il se déchiffre à l’alphabet que nous créons
Cet amour improbable devient notre roman
Tu me dis, je te dis et voici nos prénoms

Quand sur la plage, la mer nous aura rejetés
Épuisés, essoufflés, dans ce désordre radieux
Nous parlerons du monde et la complicité
Nos nudités offertes, encore encore tes yeux !

Puis les horloges sombres auront sonné dehors
Furtivement tes gestes cherchant un vêtement
Voici déjà que l’ombre, aura masqué ton corps
Ai-je rêvé, tu es parti subitement ?
Et je respire alors tes effluves doucement…

une autre version ?

la mer à St Philibert

Vous préférerez peut-être cette ancienne version… Voilà pour les curieux une autre vision, peut-être plus froide…

Ce qui démontrera que dans ce cas, la mise en chanson est intervenue après avoir écrit le texte… mais il arrive que parfois les choses se fassent concomitamment…

Certaines chansons sont proposées ici en « albums » à écouter…

Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *