Auray, - Morbihan, France (Union Européenne)
site@vincentbreton.fr

Catégorie : poésie

l'écriveur

automne

Automne

J’aime l’automne lorsqu’il aborde par les rives douces d’octobre Lorsque les arbres se sabordent et de pourpre parent leur robe Des saisons, elle est la plus noble, la plus douce et la plus tendre Elle verse dans le paysage tant de senteurs qu’il faut comprendre La saison aux mille visages, aux milles bêtes, des forêts…
Lire la suite

Colère

Colère bleue ! colère rouge ! La joyeuse mouche Révolutionnaire Me picote au frais matin Café colère ! Je sors mes calicots Fleurisse le coquelicot ! Ma jeunesse fait la fière Aux éclaboussures matinales Je suis dans la lumière D’une joie phénoménale Ô peuple ! Souviens-toi d’être peuple Dans les rues et les campagnes N’aie pas peur de toi même…
Lire la suite

Le thé

Septembre remise l’été, La fenêtre reste ouverte Sur des miettes de soleilVaguement endimanché Depuis Juin et la sécheresse, Depuis cette nouvelle adresseJe n’écris plus rien Je me tiens et me retiens J’attends l’averse Ma bouche sècheFredonne à peine Les ailes rêches de l’oiseau mortSur les graviers sont dépliéesLes pêches tardent à mûrir La ville molle…
Lire la suite

Improvisation

Je pratique l’autocensureDans les sentiers de la mémoireBrûlent les derniers sarments de mon enfance Sanglante pivoine, mon cœur palpitait dans ta mainFille d’eau livide, nos hanches dans le fleuveLa décrue défaisait ta nuque où tu sombrais noyée La bouche pleine d’eau et de vase nous plongionsImmodestes et rêveurs dans cet étang envahi d’alguesMon enfance était…
Lire la suite

Liberté

A trois heures du matin, dans le ressac de l’insomnie, Le chant du galet que la vague entraîne et cogne sonne sa musique limpide Évidement J’aspire à la Liberté Je dis ce mot, un brin d’herbe à la bouche Liberté Je ne suis pas la chèvre de monsieur Seguin, je ne crains aucun loup, Rien…
Lire la suite

23 maisons

Vingt et trois maisons Où je vécus nomadeBuvant à leur haleineM’étendant en leur jardin De toutes ces maisonsAucune ne fut mienneComme autant de nourricesJe vins boire à leur sein Les secrets de familleL’esprit des trépassésJ’ai respiré tranquilleLes traces du passé Autrefois, il y avait, ici un ancien cadre Et ce meuble, tu vois, tout au…
Lire la suite