Les jeunes assassins

Ce jour là, on nous avait prévenus que de jeunes assassins échappés couraient dans la campagne…

 Mon dos craque dans le matin
Desnos est mort du typhus
Faites moi un thé brûlant
Dans la ville
Dans la campagne
Errent de jeunes assassins
Dieu a pris son congé
Plus rien ne rime à rien
Le chat hurle sa colère
Les enfants sont muets
Dans la ville
Dans la campagne
Errent de jeunes assassins
Et les vautours se réjouissent
Ils ont du sang sur les mains
Dans ta main y a la mienne
Dans ta bouche mon haleine
Il est né en 1900
On a versé tant de sang
Les enfants sont silencieux

Celui qui pleure, c’est Dieu 

2015 – Le Listoir ©Vincent Breton

Laisser un commentaire

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :