Les courageux feront barrage.

Publié le Catégorisé comme journal d'un électeur
Election
"Hand voting drawing, election vintage"/ CC0 1.0

Les courageuses feront barrage. Les courageux feront barrage. Que ce soit les électrices et les électeurs qui peut-être iront voter en se pinçant le nez et les candidates et candidats qui arrivés troisièmes auront mis un chapeau sur leur orgueil en se désistant en faveur du candidat le mieux placé. Tous ces gens là auront le courage de ne pas oublier les valeurs républicaines et c’est tout à leur honneur.

Pour faire barrage, ils n’ont jamais refusé ma voix

À plusieurs reprises, dans différentes circonstances, je me suis retrouvé à mettre dans l’urne un bulletin de droite pour faire obstacle à l’accession au pouvoir du supermarché Le Pen.

Les élus de droite ne sont pas venus me dire que j’étais indigne de voter pour eux. Le président de la République avait même dit qu’il tiendrait compte de mon vote…

J’ai pu avoir le sentiment qu’on s’emparait un peu vite de mon bulletin pour n’en tenir que peu de cas ensuite, mais je ne regrette pas d’avoir fait barrage. Et je le referais…

Les courageux et les autres

J’apprends aujourd’hui, s’il ne bouge pas d’ici mardi soir, que le candidat d’Ensemble Samuel Deguara arrivé en troisième position dans ma circonscription (la deuxième de l’Aveyron) a choisi de se maintenir alors que le RN est en tête. Ces triangulaires risquent fort de favoriser l’extrême droite.

Courageux au contraire Léon Thébault NFP arrivé troisième dans la première circonscription de l’Aveyron se désiste pour faire barrage au RN.

J’ai entendu un certain nombre d’hommes politiques de droite qui voudraient sélectionner les pompiers sur cv pour éteindre l’incendie. Ils appartiennent tous à cette classe favorisée qui souffrirait moins de l’arrivée au pouvoir de l’extrême droite que de la gauche qui s’intéresse au rétablissement de l’impôt sur la fortune…

Le Président de la République avait parlé de clarification. Elle vient aussi de ce point de vue. L’ancien premier ministre Dominique de Villepin a su lui prendre le contrepied de ces postures et se situer dans le meilleur du gaullisme.

Chipotons pas sur le casting

Il y a des sujets qui énervent même à gauche. L’époque brouille les idées et les concepts, on mélange tout. Une vraie démarche démocratique est à fonder. Elle ne sera pas dans l’illibéralisme. S’opposer à l’extrême droite c’est revendiquer préférer un État de droit avec des protections.

L’extrême droite a commencé à pointer les binationaux. Ce n’est pas anecdotique. C’est instaurer la logique du soupçon, demander la justification des origines… et c’est de sinistre mémoire !

Alors, oui, la gauche patauge souvent, peine à changer de logiciel, s’enferre dans des histoires de personnes alors que c’est autour de la démarche qu’il faut travailler et du lien à retisser avec les catégories populaires…

Alors, oui, l’incertitude est mondiale et le nationalisme qui est un poulpe à longues tentacules à le vent en poupe. C’est si facile d’alimenter son ressentiment…

Mais je n’ai pas maintenant envie de chipoter… Il faut avancer d’étape en étape.

Et je n’ai pas envie « ni d’essayer » le pire, ni de croire que nous tirerions les marrons du feu en misant sur quelconques désordres.

L’après ?

Il y a de nombreux pays où des gouvernements se forment avec des coalitions parfois hétéroclites pour éviter les excès. Cela ne suffit pas toujours mais il est des moments où il faut savoir évaluer les risques.

Mais ce n’est pas l’heure… là, il faut juste ne pas se décourager et voir la suite dimanche…

La solitude présidentielle

Elle doit être grande la solitude d’un président pour qu’il puisse faire autant de bêtises sans contrôle. On dirait un type qui n’a pas d’ami pour lui dire « euh, là, non, tu risques de faire une connerie… »

C’en est au point qu’on craint l’idée suivante…

Je l’ai vu aller voter avec sa dame, portant une tenue qui se voulait décontractée, genre blouson de cuir de luxe et casquette… genre le gars qui s’en fout avec cette pointe d’arrogance provocatrice que l’on comprend chez un garçon de quatorze ans… moins chez une personne censée être adulte … Il y a tout de même un souci avec ce régime quand il permet à un seul bonhomme de mettre en l’air la gestion et les grands choix d’un pays…

Be quiet

Puisque ça va grincer, magouiller, chuinter, tricher, bricoler, polémiquer… ne nous torturons pas nous mêmes.

Au supermarché ce matin, ce qui me frappait c’était deux choses :

  • la tristesse des gens
  • le nombre de personnes qui avaient remis leur masque anti-covid…

Comme s’il fallait se protéger un peu plus ce matin…

Ce qu’il nous faut, c’est pas des regards en dessous, c’est pas soupçonner la voisine ou le quidam qui passe… C’est au contraire faire du lien, se parler et être « malgré tout » comme nous voudrions que les autres soient.

Ne rien lâcher, jamais. Ni pour faire barrage, ni si besoin après. L’extrême droite on lui lâchera pas les baskets… en toute démocratie, sans faiblesse, sans la violence qui leur ferait trop plaisir…

La devise républicaine, l’État français avait tenté de la faire oublier. Elle est là. Et elle reste la voie (et la voix ! ) pour nous guider !

Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *