Oser l’été

Publié le Catégorisé comme sur le vif
Brebis sur le causse du Quercy

Oser l’été quand l’inquiétude est en musique de fond ? Sur le vif, on a vite les nerfs à fleur de peau. Je ne voudrais ni faire semblant de ne pas voir, ne pas savoir, ni m’asservir au tempo voulu par Louis-Napoléon. L’électeur votera, le citoyen veillera, le poète écrira. Après avoir été confiné, nulle envie de baisser la tête. Nulle envie d’ajouter du désarroi à la peine. Je vivrai quoi qu’il advienne en zone libre, avec la même soif d’apprendre, créer, partager et prendre soin d’autrui.

Je suis binational

Oui, il est temps que vous le sachiez, je suis franco-syldave ! Mère dut autrefois fuir les bordures dans des conditions atroces. Ahhhh ! soupçon ! Une petite fiche S en vue ? Je ne brigue pas pour l’heure de poste à haute responsabilité, mais je vois bien déjà les regards en dessous.

Je m’appelle en réalité Vincienzick Bretoñuithfjikh. Voilà, vous savez tout. Jusqu’à l’âge de 8 ans avec ma nourrice Hilda, celle qui fut ma mère de lait jusqu’à mes 14 ans, je ne parlais que syldave. Et nous chantions ensemble de si jolis chants traditionnels.

Syldavia.webp

Dans ma chambre au dessus de mon lit, on peut voir encore le drapeau de mon célèbre pays natal…

Trêve

La canicule attise ma folie vespérale. Je ne veux pas céder à la morosité ambiante. Les lettres de dénonciation à la Kommandantur patienteront bien. C’est la fin de l’année, nous avons besoin de souffler, penser à autre chose…

Oui, mais demain je serai à la réunion de mon député sortant. Non pas les autres, merci…

Et dimanche à la première heure, je n’oublierai pas !

Mais j’ai besoin d’une petite pause…

440 !

Il y a déjà 440 articles sur le site, sans compter les pages. De quoi occuper vos soirées… mais avec juin qui ba bientôt filer, je veux commencer à penser aux évolutions à venir… Quelle couleur, quelle saveur ? Je sens bien que je suis dispersé, j’écris dans tous les sens, j’écris pour ne pas me fixer peut-être sur un écrit long un peu sérieux…

Va falloir que je réfléchisse à mon ingénierie, à mon ergonomie, que je me coach et choisisse…

Car j’ai mille choses à faire, des contrées à explorer, des gens à voir et mes journées sont courtes avec le jardin qui lui fait ce qu’il veut…

Oui, ce site doit évoluer. « Je lis tout ce que vous écrivez » me dit l’une (ça fait presque peur, moi je ne me relis pas souvent), « je connais votre poème sur le chemin par cœur » m’écrit l’autre … lequel ? je sais pas. Mes proches elles et eux ne lisent que très rarement ce que j’écris. Ça me rassure. « On n’arrive pas à te suivre ! »

Passez devant !

Bref l’été, je le veux pas triste

Il y en a qui vont m’énerver, m’affliger et peut-être d’autres me rassurer. On va pas se laisser commander notre façon de penser ou d’être. Le pire poison c’est le conformisme !

Répétez encore une fois. « Le pire poison c’est le conformisme ».

La singularité, l’extrême droite n’aime pas ça. L’extrême centre non plus, car il inclut juste si vous acceptez de revêtir l’uniforme étriqué de sa doxa. Crediable ! je cause encore politique !

Je sors promener Galou. Lui c’est mon président, mon gourou débonnaire. En plus il est tendre.

Prenez soin de vous !

L’été je veux le passer en concerts, explorations et expositions… L’automne aussi d’ailleurs.

Galou sur le causse du Quercy
Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *