J’ai le goût délicieux de la liberté

Publié le Catégorisé comme réflexions Étiqueté
Mur

J’allais être grandiloquent. Mais la liberté, ma liberté, c’est être certain que je fais ce que je choisis. Sans nuire à autrui on est d’accord. Mais ma dignité devant ! Que je puisse au moins la cultiver sans honte, c’est à dire sans me compromettre dans mon éthique.

Hier, j’ai libéré la pelouse et j’ai libéré le roman !

Comment ça t’as libéré la pelouse ?

tables au jardin

C’est pas juste une histoire de corvée, de pâquerettes injustement décapitées… mais la pelouse rase qui assèche et stérilise la terre n’a pas lieu d’être.

Moins tondre, laisser des espaces libres et s’émerveiller de tout ce que le vent apporte.

La liberté cultive le désordre. Certes, elle l’organise pour que ce ne soit pas le déséquilibre qui commande. Les ronces attendent dans l’ombre. En une semaine faut voir la longueur qu’elles peuvent prendre étranglant tout ce qui se présente.

Mais juste ça, j’ai « libéré » des espaces de la tondeuse. Redonner de la vie. Oui c’est un peu « bo-bo » je le concède mais voilà, j’ai un jardin écolo-socialiste où reviennent le hérisson, les papillons… et les escargots un peu moins cette année depuis que Monsieur hérisson les a trouvés délicieux, eux-aussi !

J’ai libéré le roman !

Je n’attends pas de faire fortune avec. Je l’avais positionné sur les fameuses plateformes célèbres prêtes à prendre 30% au bas mot sur chaque vente pour avoir juste accepté qu’on s’inscrive, dépose le fichier et plein d’informations… J’avais heureusement résisté aux margoulins qui prolifèrent et te promettent contre des sommes extravagantes de faire ce que tu peux faire tout seul et gratuitement (juste en perdant du temps…) mais quand même…

Je me suis dit : qu’est-ce que je fous là ? chez monsieur Amazon ou chez Monsieur Google ? Un peu comme si j’avais préparé avec amour un beau gâteau et que j’aille l’offrir sur une table au Mac Do local…

Et puis, je comprends bien que les lectrices ou lecteurs qui ne m’ont jamais lu en ces périodes de disette aient autre chose à faire que mettre 2,99 dans un roman numérique…

Bon, du coup, je l’ai libéré et sur le site, on vient le télécharger gentiment ! gratuitement !

Participez librement

Oui, j’ai quand même mis une page avec un Paypal pour celles et ceux qui auraient envie de participer librement au financement du site.

Je réfléchis même à la création d’une association visant à soutenir mes modestes créations… On va voir ça.

En mai fais ce qu’il te plaît !

Et après aussi d’ailleurs.

J’ai bien l’intention de m’appliquer cet adage. Bien sûr faut aller chez le véto et s’entretenir pour que les rotules ne rouillent pas trop vite, mais j’ai besoin de rallumer un peu le feu de l’enthousiasme…

Tiens, je me souviens qu’en débutant dans le métier d’enseignant, un pisse-froid de conseiller m’avait balancé que « ce n’était pas bien d’être enthousiaste ».

Être raisonnable, je l’ai assez été.

Non que je prone la folie en tant que telle mais quand je fais une chose, je veux non seulement me demander si c’est utile ou si j’en ai besoin mais par dessus tout si l’enfant (oui ce fameux enfant intérieur) en serait content ou n’aurait pas un peu honte ?

Je pense soudain à Léo Ferré qui gueulait en scène contre le « marketing ».

Il avait bien raison. Marketing, coachs et management sont les trois grandes plaies qui polluent jusqu’à nos vies privées…

Bref, le roman est gratuit. Et vous n’êtes pas le produit. Je vois juste les statistiques de visites. Après, si cela vous a amusé un peu, vous pouvez le dire aussi… encore faut-il pouvoir exercer sa curiosité. De mon côté j’ai levé les obstacles !

Bonne journée !

Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *