La navritude

Publié le Catégorisé comme sur le vif
rideau bleu
"Blue Pattern" by Kai%20Oberh%E4user/ CC0 1.0

Mes compatriotesses et compatriotes de l’hexagone, du triangle des Bermudes ou du vide absolu, de l’outre-mer, de l’outrecuidance et d’ outre-tombe, j’avoue rire amèrement devant le spectacle qu’on nous donne depuis quelques jours. Dites-moi que c’est un coup monté, une gigantesque farce et que Gabriel Attal, ses ministres et les députés vont paraitre soudain à la télévision en disant : « Surprise ! c’était pour la plus gigantesque caméra cachée jamais inventée dans le Monde pour vous divertir avant les JO, on vous a bien eus ! »

L’amitié en politique

Depuis que j’ai éteint la radio ayant touché le point de saturation, il s’est probablement passé de nouveaux épisodes. Ne me racontez pas !

J’ai vu la conférence surréaliste d’un Président hors sol. En l’écoutant, il me me rappelait ces enfants qui ont cassé leur jouet et feignent de s’en étonner quitte à accuser les autres. Et puis ceux qui se rallient à l’un en claquant la porte de leur parti tandis que d’autres veulent et se rallier et conserver leurs prérogatives d’antan (« le beurre et l’argent du beurre » disait-on)… On s’excommunie, on se conspue… L’opportunisme est en marche, la vente de girouettes s’accélère dans le pays.

Mais quand même : les voilà qui s’insultent, se traitent de vauriens… Les amis d’hier s’accusent de trahison, sont prêts à en découdre… sans parler des convictions, des valeurs hautement réversibles…

Touchantes propositions

D’autres ailleurs, qui ne prennent guerre la précaution de ne pas vendre la peau de l’ours avant que le peuple n’ait voté, se proposent avec une pudeur touchante pour devenir le premier ministre du pays devenu ingouvernable. Ils oublient juste qu’en France on ne vote pas pour un premier ministre. « Je suis disponible… » Jolie formule. À propos, c’est non, moi j’ai des trucs à faire avant de mourir. Donc désolé…

On dirait que le regretté Goscinny a écrit le scénario de ce qui nous arrive : zizanie, disputes imbéciles, candidats à être chefs à la place du chef… Astérix n’aurait pas mieux fait.

Je note enfin je confirme que plus le gars t’annonce qu’il aborde les choses avec humilité, plus tu es certain d’avoir affaire au pire orgueilleux.

Circonvolutions

Pour s’allier, les uns ou les autres sont prêts à manger leurs promesses. Après tout, la capacité à faire des compromis n’aurait rien d’indigne si le leurre n’était pas aussi grotesque. Ça bricole car de toute façon le calendrier inique qui nous est imposé ne permettra pas de réflexions, de vrais choix, de vrais dialogues…

Il y a de quoi nourrir l’abstention, le sentiment anarchiste, la colère…

Les jeux olympiques derrière vont-ils estomper ce spectacle ?

Ça rigole bien à l’extérieur.

Allo les artistes et les intellectuels ?

Il fut un temps où nous avions des philosophes, enfin accessibles, je vous parle pas de ceux qui prennent le thé sur les plateaux de télévision… un temps où les artistes osaient rappeler que la créativité, l’invention, l’innovation ont besoin de liberté, de respect de chacune et chacun et de démocratie…

Sont-ils terrés dans leur résidence secondaire ? Les plus riches d’entre eux prévoient-ils déjà de s’expatrier ? (Oui, mais où au fait ? Car ailleurs c’est pas mal non plus !)

Il nous arrive quoi les gars et les filles ?

On a compris, le progrès ne s’inscrit donc pas sur une courbe ascendante. Nous savons être aussi bêtes que nos ancêtres qui se faisaient des guerres si possible lointaines pour éviter de traiter les problèmes chez eux.

La dispute et la haine poussent très bien sur le fumier du ressentiment.

Comme d’habitude, on en appellera au parti de l’ordre jusqu’à ce qu’on comprenne qu’on étouffe mieux le peuple avec du sucre, de la consommation d’objets inutiles et d’applications numériques qu’à coups de matraque sur le nez. La deuxième option restant toujours possible pour celles et ceux qui auraient des velléités d’aller danser, de penser autrement ou de sortir du conformisme…

Il va falloir qu’on éduque nos hommes et nos femmes politiques. Ils ne lisent plus beaucoup, surtout pas des romans et visiblement ça leur manque. Ils manquent d’imagination, ils pensent que la politique ça peut être un job pour la vie, que le pouvoir c’est chouette, qu’il suffit d’affirmer n’importe quoi pour en faire une vérité.

Ils devraient relire Zola. La période où il évoque Louis Napoléon nous ressemble tellement…

Bon, il va falloir être en vigilance. Il va falloir agir, sortir peut-être…

Mais nous devrons rester reliés. La guerre civile ne va servir personne et surtout pas les plus faibles. Soyons ce que nous voulons que les autres soient avec nous. Il n’est peut-être pas utile de nous massacrer, je dis nous, en pensant aux gens qui n’ont que peu de pouvoir… Peut-être aussi que nous ne comprenons pas toujours qu’au lieu de déléguer à autrui des tâches impossibles, nous avons aussi individuellement et collectivement, en intelligence et en solidarité, des choses à faire ensemble, pour que ça avance sans exclure personne…

Enfin, c’est vous qui voyez comme disait l’autre.

Mais quand même c’est un peu triste tout ça. Surtout pour les mômes. Ça leur fait pas des exemples rassurants et éducatifs.

Vincentpretit 1
Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *