Le troisième se retire

Publié le Catégorisé comme journal d'un électeur Étiqueté ,
Election
"Hand voting drawing, election vintage"/ CC0 1.0

Le troisième se retire. Je disais hier que les courageux feront barrage. Mais je déplorais que le troisième candidat de la circonscription où je réside, issu de « Ensemble » veuille se maintenir au second tour. Ce matin, je découvre qu’il se retire (même s’il renvoie dos à dos les « extrêmes »). Preuve s’il en est que les pressions et réactions citoyennes peuvent compter. Nous avons tous un rôle à jouer.

Des péripéties et des émotions pour un tsunami

J’essaie de ne pas trop m’accrocher aux écrans. Dans la lessiveuse où le Président de la République a plongé le pays, pas facile de s’y retrouver. Les mots fusent, les raccourcis, la confusion…

Ce qui était intéressant hier, c’était de voir les républicains humanistes se démarquer des autres. Les courageux : Dominique de Villepin, Jacques Toubon… capables de ne pas confondre le RN avec la gauche. Tristesse de voir d’autre s’enferrer au risque de banaliser l’extrême droite…

Plus ambigüe, la position du premier ministre est d’inviter au vote tactique, soulignant qu’à ses yeux ce qu’il continue de nommer « l’extrême gauche » n’a guère de chance d’arriver au pouvoir et que donc on peut voter pour elle…

Une femme hier a su parler avec force , avec conviction, avec émotion. Marine Tondelier. C’est la responsable EELV. Un visage qui prend enfin sa place dans le paysage politique et nous montre une nouvelle démarche politique de conviction, humaniste. Elle s’est démarquée nettement. D’abord parce que depuis dimanche soir on n’entend que des bonshommes. Cette jeune femme qui s’appelle Marine, qui est élue d’opposition au conseil municipal d’Hénin-Beaumont, dirigé par le Front national depuis mars 2014 sait de quoi elle parle.

Il a fini par se retirer

Dans la deuxième circonscription de l’Aveyron, Samuel Deguara se retire. On peut entendre l’article de la Dépêche. Il le fait renvoyant dos à dos les extrêmes… Mais c’est une bonne chose. Il le fait sous la pression y compris de certains de ses alliés, parce que les deux autres « troisièmes » du département se sont déjà retirés… Nous avons été nombreux, simples citoyens à réagir y compris en le contactant. Chacune, chacun peut le faire quand des situations problématiques se présentent…

Le député sortant, Laurent Alexandre est loin d’être un extrémiste. Pour l’avoir entendu et vu dans ses échanges, c’est une personne engagée, qui a le souci de son territoire, qui réfléchit, propose, écoute.

Alors évidemment dimanche, je sais que mon bulletin ira au nouveau front populaire pour faire barrage et parce que je pense que nous avons intérêt à permettre à ce député de terrain de poursuivre son travail.

Ne pas se couper de ceux qui ont voté pour l’extrême droite

Je lis ça et là que certains deviennent « soupçonneux ». Oui, dans le voisinage, la ville, le village, la famille, au travail… on peut rencontrer des électeurs qui ont voté pour l’extrême droite. Toutes les catégories sociales sont concernées, tous les âges… Mais pas plus que je ne laisserai quelqu’un insulter une personne en raison de son origine réelle ou supposée, de ses préférences sexuelles ou de sa religion, on ne peut accepter des insultes en fonction des opinions… à la condition que celles-ci respectent la Loi.

Le racisme ne peut être toléré. La parole raciste, sexiste… doit être contrée sans peur. Dès lors que l’on préjuge qu’une personne aurait tel ou tel comportement en raison de son origine, on est raciste. Dès lors qu’on stigmatise même en tentant de minimiser son propos une partie de la population, alors, on ouvre la voix aux dérives sectaires…

Si Marine Le Pen avait vraiment changé, elle aurait fondé un tout autre mouvement sans lien avec celui de son père…

Ce que je veux dire ici, simplement, c’est qu’il faut nous employer à garder le lien avec toutes et tous. Je ne dis pas forcément « devenir les meilleurs potes » mais c’est souvent en permettant aux personnes de se connaitre que des représentations figées peuvent être dépassées… en parlant du concret, en précisant la nature des problèmes…

Je vis dans un petit village où le vote RN est arrivé en tête : il n’y a là ni immigration visible, ni insécurité… mais le service public, les transports, la santé… sont de vrais problèmes… Peut-être aussi, le ressenti des locaux face à des personnes comme moi « venues d’ailleurs » n’est pas si simple…

À la campagne, on a la fibre, on voit les mêmes images du monde, effrayantes… alors la peur s’infiltre ici aussi.

Mais c’est un lieu accueillant où les gens peuvent se parler… du lien social existe… il faut pouvoir garder le fil… Ce sera même le principal travail pour le futur. Tisser des liens et résoudre collectivement les problèmes posés en partageant le pouvoir.

Gérer nos émotions

Nos affects sont mis à rude épreuve. À titre personnel, j’ai du mal à être vraiment à mes activités les plus banales, à créer, à explorer… On a la pensée accaparée. Mes acouphènes sont revenus montrant que la période stresse.

Il faut accepter cela et se donner des temps de recul, de calme, se rapprocher des personnes que l’on aime, de la nature… Penser aussi à ce que l’on aime, à ce qui nous définit, à nos valeurs profondes… nous recentrer et ne pas dilapider notre énergie.

Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *