Et si vous passiez au libre ?

Publié le Catégorisé comme réflexions Étiqueté ,
Libre

Et si vous profitiez de la rentrée pour vous libérer un peu plus des géants du Web en passant au libre ? Voilà une idée qui mérite toujours d’être mise en avant.

Pourquoi en parler sur ce sit? Non seulement parce qu’il est conçu avec des outils issus du libre, mais parce que je suis convaincu que « le libre » permet de mieux s’affirmer dans sa différence, sans s’opposer. Que cela correspond aussi à l’idée que je me fais d’un Internet plus humain, plus coopératif et de fait plus efficace…

Une transition progressive mais résolue

Dans les années 2000 j’utilisais déjà depuis un moment des logiciels et applications libres comme les suites Open Office puis Libre Office. J’intégrais déjà Gimp ou Filezilla … mais j’étais encore sous système Windows.

Au bureau, c’était le monde de Windows qui dominait. Je me souviens des soucis que nous avions quand on s’échangeait des documents conçus avec différentes versions de Word et que les mises en page ne tenaient pas d’une version à l’autre…

Vers 2015, à la maison, je me rappelle du moment où une mise à jour du système m’a posé mille soucis, la machine qui datait de 2008 commençait à ralentir considérablement, se bloquait, j’étais confronté à mille galères au moment de chaque mise à jour. Je commençais même à avoir envie de changer de machine…

Puis j’ai installé la version de Linux Ubuntu de l’époque, je crois que l’on était encore sous la 14… Et là, miracle ! je retrouvais une machine beaucoup plus performante avec des mises à jour assez transparentes. La conversion n’a pas été difficile.

Petit à petit, j’ai passé la deuxième machine de la maison, un petit portable, sous Ubuntu puis voyant que je n’utilisais plus du tout Windows, je l’ai supprimé de mes machines.

En mars 22 j’ai acheté un gros et bel ordinateur mais cette fois avec Ubuntu nativement installé.

C’est vrai que je ne suis pas très sobre en numérique : j’ai toujours le portable qui m’accompagne quand je veux écrire dehors, mon vieil HP de 2008 sur lequel j’expérimente et la machine depuis laquelle je vous écris avec son grand écran confortable, qui me permet de naviguer, de bricoler images et musiques, d’associer carte son pour mes enregistrements et autres périphériques etc. Tout ça est relié à un serveur domestique qui permet d’effectuer les sauvegardes utiles, de fonctionner en réseau… Ce n’est pas vraiment l’austérité.

Je suis un utilisateur éclairé, pas toujours responsable (sinon je n’aurais qu’une machine) mais favorisant les usages durables. Je ne suis pas du tout féru de techno et encore moins codeur, je me débrouille et les rares difficultés rencontrées ont trouvé leurs solutions grâce à l’entraide que j’ai toujours trouvée…

Ce que je veux dire, c’est qu’il n’y a pas besoin d’être spécialiste en numérique pour passer au logiciel libre et qu’aujourd’hui, non seulement l’univers Windows ne me manque pas mais que je me verrais mal y retourner…

Je sais que d’autres me diront « oui mais Apple c’est formidable ! » Formidable si tu restes avec des outils maison en te pliant aux procédures maison. Dans l’une de mes affectations, j’avais pu éprouver sévèrement cette contrainte . Un sentiment d’enfermement.

Mais pourquoi le libre ?

Si ce sont des raisons d’efficacité technique et aussi économiques qui m’ont conduit à préférer les logiciels libres (qui ne sont pas forcément gratuits), comme d’autres, plusieurs raisons m’ont poussé :

  • me libérer des géants du Web, de leur emprise et de leur velléité de nuire à ma vie privée, de favoriser l’obsolescence des machines et m’imposer leur logique
  • l’idée qu’un logiciel libre peut évoluer grâce à la contribution de tous dans une logique de coopération et d’enrichissement : certes je ne suis pas codeur, mais je peux bénéficier des évolutions apportées à un logiciel et le choisir en fonction de mes besoins. Par exemple, il existe plusieurs adaptations de Linux Ubuntu qui répondront aux besoins d’un musicien, d’une école etc.
  • bien sûr au travers d’un logiciel libre, on peut être espionné, mais comme le code est open source, il y aura toujours la possibilité d’être alerté et qu’un contrôle s’effectue par les utilisateurs… alors que l’écosystème de Windows par exemple pousse à utiliser les logiciels maison qui vont espionner notre activité…
  • l’idée que si je ne suis pas expert, je vais pouvoir trouver des réponses à mes questions, apprendre, comprendre un peu mieux ce que je fais et le cas échéant intervenir… (rajouter une fonctionnalité, en supprimer une autre…).

Les gens sont étonnés quand ils découvrent que Linux est présent d’ailleurs chez Windows comme Google ou est utilisé par de très grandes entreprises qui recherchent des usages efficaces et sécurisés !

Le libre a aussi ses radicaux

C’est vrai que parfois, je me suis trouvé confronté à des « experts du libre » qui n’ont pas manqué de pointer négativement tel ou tel aspect ou de mes usages… Par exemple le choix de telle ou telle distribution ou telle application, des erreurs que je pouvais commettre souvent sur des points de détail… Il y a au sein même des tenants du libre une facilité à ergoter, une approche j’ose le dire, parfois radicale ou intégriste qui conduit à l’esprit de chapelle et favorise les disputes sans intérêt… si je dis cela, c’est que souvent on n’est plus dans l’esprit d’entraide mais plutôt dans la propension à penser qu’il est mieux de rester dans le « happy few » … il faudrait être « adoubé »… et du coup certains se détournent se sentant exclus ou illégitimes.

Récemment, on a vu certains bien prompts à faire la leçon aux nouveaux arrivants sur les instances Mastodon… oui c’est vrai, dès lors qu’une structure prend de l’ampleur, elle peut évoluer, se dénaturer… mais l’intérêt du libre c’est qu’on peut toujours « détacher » une « sous branche » d’une distribution ou d’une instance, adapter, transformer… tout en gardant des liens. C’est l’autonomie !

Souvent, ce sont ces experts qui repoussent les « bonnes volontés »… ce qui ne veut pas dire qu’on ne peut pas argumenter, présenter ses choix et l’intérêt de telle ou telle proposition… Et donc, il faut se départir des visions binaires…

J’ai encore pour certains usages un compte Google et même un Facebook… je n’y resterai probablement pas indéfiniment. J’ai quitté Twitter car je ne parviens plus à rester sur ce canal n’ayant plus du tout envie de le cautionner. Je suis sous Linux Ubuntu dans différentes versions car cela reste simple pour moi. Peut-être un jour irais-je vers une autre distribution si je m’y retrouve mieux. J’utilise le CMS WordPress en étant prudent avec le fait que certaines extensions peuvent conduire à des usages non respectueux… Le tout c’est d’être conscient de ce que l’on fait, avec qui et avec quelles conséquences… pas de s’enfermer dans une tour…

Créativité et libre

Mais si, notamment pour mes activités de créations, je me retrouve dans les usages du logiciel libre, c’est pour la fiabilité, la sécurité des usages et aussi parce que les outils libres incitent à regarder les choses autrement, favorisent la créativité, l’invention, la recherche de solution…

Après tout, quand j’utilise l’extension Grammalecte sur LibreOffice, je dispose d’un outil formidable d’aide à l’écriture. Quand je gère les messageries via Thunderbird, j’ai un outil que je peux enrichir et moduler à ma guise et qui répond de façon souple à mes besoins… Ajoutons pour ceux qui ont encore peur que les problèmes d’interopérabilité sont aujourd’hui résolus. Aucun souci pour lire les pdf ou les .docs reçus d’ici et là ou d’en produire à mon tour !

Je l’avais déjà dit, nombre de lecteurs de ce site utilisent largement les ressources libres que ce soit pour consulter le site avec Firefox utilisé par 30% environ des visiteuses et visiteurs et un peu moins à utiliser une distribution libre… ce qui prouve qu‘il y a un lien entre les contenus proposés ici et l’intérêt des visiteurs pour le logiciel libre…

Alors peut-être ferez-vous partie de celles et ceux qui se lanceront pour la rentrée, en intégrant d’abord une application libre ou une distribution en « dual boot » (on peut basculer d’un Windows à Linux) avant de passer totalement en « pays libre » …

Linux et son célèbre pingouin
Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *