Auray, - Morbihan, France (Union Européenne)
site@vincentbreton.fr

Blog

sans honte ni orgueil

Le petite poule

Je ne fais pas une fixation sur les poules mais la première image publiée ce même jour étant celle d’une poule, m’a renvoyé à cette chanson d’enfance qu’on peut décliner à merci… J’ai oublié la poule grise qui pondait dans l’église ou la brune dans la lune… Un jour, faudra que je m’amuse à reprendre…
Lire la suite

Ne sois pas en colère !

Je voudrais seulement, que le matin, tu ne sois pas en colère… Chanson du quotidien Bonne écoute !

dalhia

Voilà !

C’est l’heure du bilan comptable, assis à la table, tu regardes ce petit bout de vingt et unième siècle…

Tout le monde met du Je, moi aussi…

Chacun met son Je devant. Je ne suis qu’un autodidacte. L’empirisme est souvent épuisant. Des décades sont passées. Alors, la machine est usée. Incisif, l’été sera décisif. Peut-être, dans pas longtemps, bientôt, sera-t-il inutile que je continue d’écrire ou de chanter. Ou bien peut-être arriverais je provisoirement à dominer la machine. Mais je vois mal…
Lire la suite

Le dimanche

Il reste toujours au dimanche un arrière-goût. Quelque chose de l’arrêt obligatoire, de la glauque cérémonie familiale où l’ennui se célèbre en rituel morbide et régressif… On a beau faire, user de subterfuge… On se promène, on croise des familles avec des chiens ou des adolescents tenus par la même laisse de vacuité. Le gigot…
Lire la suite

Une nuit tu te dis…

Il y a bien longtemps que je n’ai rien écrit. J’ai dans la main un téléphone. Je suis digital. Petit garçon j’avais de l’encre sur les doigts, adolescent je déroulais le ruban de la machine Olivetti Lettera 22. Bien plus tard, j’ecrirai des pages à l’ordinateur. Mille pages, mille écrits de toutes sortes. Des chansons,…
Lire la suite

Vieillir !

Ah ! Vieillir ! la belle affaire !Suis-je jeune, suis-je vieux ? J’ai beau tenter de laisser croire à mes rêves que tout est encore possible, le chemin parcouru a bien fatigué le cheval. Carcasse qui suit comme elle peut. Vieillir, est-ce exister dans ces mille douleurs crétines du corps, dans la décrépitude, l’impuissance… non…
Lire la suite

Les loups

« Les hommes avaient perdu le goût de vivre et se foutaient de tout … » chantait le ténébreux Reggiani . Peut-être que c’est maintenant. Toute cette défiance, cette condescendance… cette mauvaise foi en fiel partagé partout. Il fait soleil mais le climat avant l’élection est fort maussade. Disputes mais jamais sur les vrais sujets. Peurs, rancœurs,…
Lire la suite

La fête des mères

L’enfant n’avait pas huit ans. Dans le banal exercice de la lettre pour la fête des mères, sous la forme policée et convenue, un peu scolaire, de l’expression de l’amour filial, il pressentait déjà les milles contraintes faites aux mères…