C’est une belle journée…

C’est en haut de la côte que la pédale a sauté.

Voilà ce que c’est d’avoir de petits muscles et de ne pas savoir visser correctement.

J’ai commencé par un demi tour sous les applaudissements des piafs moqueurs.

Pendant ce temps, le chien pris d’on ne sait quel stress avait mis ses pattes sur une poignée de porte pourtant ouverte et ainsi éraflé la peinture de ses grosses griffes.

Un peu plus tard j’ai failli tomber de l’escabeau en voulant tailler le très haut d’une haie, puis j’ai marché à deux pieds dans un beau cadeau de mon cher chien. Séance délicieuse de nettoyage.

C’était juste avant qu’on ne me parle d’une sombre histoire de rendez-vous manqué avec un artisan car on me croyait en vacances et que je vienne planter tout seul ce site qui fonctionnait bien en voulant suivre les conseils reçus dans une belle lettre de diffusion d’un expert voulant m’apprendre à gérer le CMS avec lequel je vous écris ces lignes puissantes… vous me suivez ?

La maladresse à ce niveau ce n’est plus un manque d’attention, c’est un art.

Il y a des jours où tout semble s’effondrer et même si ce sont des choses sans importance, l’impression sourde que décidément, il eût mieux valu rester couché.

Heureusement j’avais fait une sauvegarde, du site, heureusement j’ai pu résoudre cette affaire de rendez-vous, nettoyer le caca, revisser la pédale.

Il faudra que je mette un coup de peinture sur la porte.

Mais parfois la vie est bien étrange dans les petits signaux qu’elle envoie.

Maladroit ! incompétent ! bricoleur du dimanche !

Mais c’est mardi non ?

Le jardin m’attend. Toutefois, auparavant, j’irai prier Saint Mère Prudence avant de m’y rendre. Que les anges de la Grande Zénitude et les soldats de la Résilience me protègent et me donnent l’énergie utile à me relever !

Mais comme me le disait hier un ami plein de prévenance, “C’est formidable ! Tu rebondis toujours !”

Oui, mais j’entends une porte qui claque et des toilettes monte le chant de la chasse d’eau qui visiblement s’est encore déréglée. Un fantôme ici ? Un korrigan qui se serait glissé sous la soupente ?

Il faut que j’aille voir…

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :