nouv

Le bonheur du Scandale

Ah ! comme il est doux de pouvoir se scandaliser ! Que seraient nos tristes vies si nous ne pouvions dénoncer tous ces vilains, ces puissants, ces riches, ces étrangers, ces assassins, ces criminels, ces monstres, ces pervers ?!

Nous, les experts du dérisoire, les procureurs domestiques, notre main ne tremblerait pas si nous pouvions signer la prison ou la mort. Pour eux. Les coupables.

Et comme nous sommes beaux et admirables dans le courage de l’éructation collective, comme nous aboyons avec assurance, résolution et conviction, comme nous avons sûrement raison, nous les petits, les sans-grade, nous les reclus de l’anonymat.

Nous cuisons notre petite haine lentement et notre ressentiment se délecte de tous ces amis trouvés dans les bruissements numériques et qui viennent hurler avec nous…

Peut-être, à peine, avons-nous quelque géométrie variable dans notre promptitude à nous scandaliser. Ces enfants qui meurent sous les armes ? Une sorte de prix à payer à la liberté de se défendre. Ces femmes qui se plaignent de l’homme qui abusa d’elles ? Est-il sûr qu’elles ne l’avaient pas un peu cherché ?

Le scandalisé a toujours une bonne explication. Il a le soupçon bien accroché. Éructer c’est confortable. Ça évite de penser ou de transformer ce qui compte.

L’ignominie du coupable pardonne bien nos petits errements, nos petites lâchetés, nos amnésies…

S’il faut, on inventera des mots pour désigner le coupable. Car il faut les désigner, faire des listes, les trouver. Il ne sera pas utile de les définir ces mots. Juste les construire comme des pièges. Tordre un peu le lexique. Il suffira de mots qui claquent bien. Il ne sera pas utile d’avoir des preuves, de démonstrations. Pour qu’il claque le mot doit être répété à l’envi. Faut que ça rentre, que ça pénètre, c’est la rengaine, le slogan. Ces mots sont des étiquettes à la super colle. Les coupables devront prouver qu’ils ne sont pas ce qu’on dit d’eux et comme c’est indéfinissable, vous verrez bien qu’ils sont coupables !

D’ailleurs, ils finiront par les reprendre ces mots fourre-tout, ces mots de la mort.

Ah ! Que l’anathème et la zizanie jouissent du Scandale. C’est leur bonbon, leur raison d’être. Comme ça ravigote !

Le Scandale se fiche des causes, il veut un coupable et vite !

Mais parfois, misère, un Scandale vient en concurrencer un autre ! C’est la compétition dans la cour de récréation ! C’est suis qui dit qu’y est !

Oui, Scandale majuscule. Scandale qui hisse les latrines à la Une des journaux. Scandale qui doit forcément puer, nous dégoûter un peu… Il faut que nos sens en aient pour leur argent. Que ça pue, que ça crie, que ça saigne, que ce soit glauque pour nos yeux, que ça aimante bien les pires de nos pulsions-répulsions, que chacun soit sommé de prendre position faute de risquer d’être assimilé…

Merveilleux scandale qui balaie les nuances, la science, les explications rationnelles…

D’aucuns voudraient l’étouffer avec la componction d’un abbé. Le bourgeois fait sa mijaurée. Tiens c’est vrai, mijaurée n’a pas de masculin ? C’est quoi cette expression ? Je dirai “le bourgeois fait “son mijauré”. Non mais. On veut l’étouffer pour ne pas prendre de risque. Garder son pouvoir, sa place.

L’honneur c’est autre chose.

Pour le défendre on gagnerait parfois à se retirer dans la dignité pour montrer qu’on ne s’accroche pas à sa gamelle comme un dalleux.

Dalleux prend deux ailes. Et ses jambes à son cou parfois, lorsque toute honte est bue !

Mais que peut-on faire dans ce vacarme ? Dire quoi d’utile ? Ajouter du bruit au bruit ? Attendre que ça passe ou se retirer dans sa colline lointaine en buvant une tisane bio d’un air dédaigneux et faussement apaisé.

Car être hautain , c’est pas bon pour le teint.

C’était si bien. On se scandalisait. Et les journaux se vendaient. Et la publicité avec.

Ah, ma pauvre dame ! Tout fout le camp !

Mais vous avez-vu cette nouvelle affaire ? Incroyable ! On ne sait à quel saint se vouer ? Vraiment, on ne sait plus à qui faire confiance…

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :