Aux grandes marées

aux grandes marées d'été, les marais inondés
 je t'ai perdu dans les fondrières 
que l'eau efface mon orgueil sous le soleil
 la vague me tire et me mène chevilles ensablées 
aux grandes marées j'ai le cœur lavé
un jour je comprendrai l'attraction, 
le flux et le reflux
 marées de vives eaux
 perte et renouveau
 à l'orée des grands fleuves se posent les oiseaux
 ton visage me reste caché
 Lune magnétique et sombre
 aux grandes marées
 je suis déboussolé

©Vincent Breton – 2009

Publié le
Catégorisé comme poesie

Par Vincent Breton

Après avoir travaillé longtemps dans l'Éducation nationale, Vincent Breton anime le site "L'écriveur" https://vincentbreton.fr et le site Numérilibre https://numérilibre.fr (site de celles et ceux qui s'intéressent au logiciel libre)

Laisser un commentaire