unerose

Ma petite vie

Ma petite vie
Que vais-je faire de toi
Ma vie
Toi qui me files entre les doigts
Et que je ne rattrape pas

Vais-je te contempler
Vieillard sidéré
Ruminant son passé

Ou bien, vais-je  couper
De mes ciseaux dorés
Ce petit fil de soie qui me retient à toi ?
Au fond de l’eau plonger
Pour voir jusqu’à quel point
À ma personne tu tiens
Peut-être pas tant que ça

Il est si facile d’éteindre la lumière
Mais plus difficile, le retour en arrière
Vas-tu me chouchouter pour mes derniers étés
Ou me faire payer ma futilité ?

Ma petite vie, je t’ai rien demandé
Tu m’as emmené par de drôles de sentiers
J’ai pas fait grand-chose que respirer les roses
Aimer en rimes ou en prose
C’est la même chose

On veut pas trop se plaindre 
Ça ne sert à rien 
Mais on doit se restreindre
Même avec ses chagrins
Je pourrais mourir dès demain matin 
Si tu ne me retenais si bien la main 

Avec les sourires de ces filles jolies 
Avec les caresses de ce si tendre ami 
Le ciel et les fleurs, le ruisseau qui s’enfuit
Le chien qui aboie et l’abeille ébaubie
Car oui quand il aboie, elle prend l’air ahuri !

Ma petite vie quand même, nous,  on a vieilli
On a espéré, on n’a pas tout dit 
Dans l’existence certes tout ne fut pas joli
Mais c’est toi que j’aime ma petite vie 

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :