L’inconnu de la Poste

On a beaucoup vu Florence Aubenas, grande journaliste s’il en est, présenter son livre sur les plateaux de télévision. Les critiques sont élogieuses et justifiées.
Je renvoie notamment au papier très complet de Laurence Houot

Les personnages sont dits avec sincérité, sans flatterie ni sentimentalisme mais avec respect. Les détails du quotidien et des lieux font vérité.
Au delà des questions liées au fait divers qui pourraient ne faire de cet écrit qu’un “docu-polar” c’est une certaine France rurale et profonde qui est racontée. Pas celle mise en avant dans les rubriques du “13 heures”. Non, plutôt ce pays fragilisé…
Pour avoir vécu dans un petit village des Hautes-Alpes, j’y ai retrouvé des similitudes : des gens enkystés et presque assignés à résidence qui rêvent de partir, des “débarqués” dont on se demande pourquoi ils sont là n’ayant souvent que les minimas sociaux pour viatique et ayant laissé parfois des dettes derrière eux.
Un crime, une victime, Catherine Burgod avec toutes les difficultés que peut vivre une femme qui cherche sa place… Des soupçons sur un assassin présumé injustement, Gérald Thomassin qui avait crevé l’écran avec le Petit criminel. Et sa disparition.
Parfois je me dis que j’ai peut-être croisé son regard dans la rue, au hasard d’une rue Nantaise… ces regards qui vous frappent, qui s’impriment en vous et que vous allez garder comme une odeur, une sensation, une marque sur la peau… un truc étrange qui vous trouble.
Où est-il ?
Mais il a tant de frères et de sœurs qui courent par les rues.

Ce n’est pas un roman, ce n’est pas un documentaire, c’est mieux que ça. Les questions sont nombreuses. Merci à Florence Aubenas d’avoir su si bien prendre le temps de la littérature pour nous faire partager cet univers si proche de nous…

Laisser un commentaire

Retour haut de page