Les linuxiens sont majoritaires !

Publié le Catégorisé comme informations Étiqueté , ,
Libre

La nouvelle je le sais, a de quoi surprendre. Elle est tombée ce matin. Les utilisateurs de distributions Linux autrement nommés les linuxiens sont aujourd’hui majoritaires !

Quoi ? quel est donc ce délire ? Aurais-je bu trop de chouchen ? (La pire boisson qui soit au passage, à n’offrir qu’à votre pire ennemi…).

Bon, pour être honnête, c’est vrai que les utilisateurs de distributions Linux sont aujourd’hui majoritaires… parmi les utilisateurs du site !

61 % des visiteurs du site depuis le début du mois de juin utilisent une distribution Linux

C’est même 61.5% à l’heure où j’écris. Et si je le sais c’est grâce aux statistiques de mon hébergeur via AW Stats. Comme le rappelle le Wiki d’Ubuntu AWStats est un logiciel libre sous licence GPL qui permet de générer des statistiques pour son serveur. Il offre des vues graphiques statiques mais aussi dynamiques des statistiques d’accès à vos serveurs web, FTP, courrier ou en continu (streaming).

C’est comme ça que je le sais.

Pour 26.2% on ne sait pas ce qu’ils utilisent… Certains protègent leur navigation ou viennent avec un smartphone.

9,3% seulement d’utilisateurs de Windows fréquentent le site… Le reste des visiteurs se partage entre MacIntosh, Ios, Unix, Sun Solaris…

Le navigateur le plus utilisé (dans les mêmes proportions) est Firefox.

Des chiffres inverses aux « parts de marché »

Je n’ai pas trouvé de données récentes précises et fiables, mais en gros Windows continue de caracoler en tête (entre 60 et 70% d’utilisateurs), Apple suit et Linux doit faire 3% d’utilisateurs

On ne va pas reprendre tout l’historique et le fait que nativement la plupart des ordinateurs sont vendus sous Windows ce qui crée cette forme d’injustice. Pour ma part si j’ai commencé à utiliser Linux en 2015 et si tous les ordinateurs de la maison sont à présent sous Linux, ce n’est qu’en 2020 que j’ai acheté mon premier ordinateur équipé nativement sous Linux Ubuntu.

Et je me passe très bien de Windows merci !

Une singularité qui s’explique

Site singulier, dont le contenu ne s’inscrit pas forcément dans la logique la plus commune, VincentBreton.org touche donc des visiteuses et visiteurs « différents ».

J’ai toujours revendiqué utiliser des logiciels libres, la partie « journal » de ce site est sous licence creative commons. On y trouve des écrits partagés gratuitement comme le roman « Mais quel est son prénom déjà » ainsi que des albums de chansons… Tous ces contenus sont loin des logiques commerciales et sans le cultiver peuvent se montrer « différents »… « en marge » diraient certains…

Il y a donc une certaine cohérence, un alignement de valeurs, d’approches…

L’impact des réseaux sociaux

mastodon icone

Présent sur Mastodon ou Diaspora-fr.org qui sont des réseaux alternatifs, il est logique d’y retrouver un public à la fois exigeant et plus proche des contenus proposés sur ce site. Comme j’annonce systématiquement mes publications sur ces réseaux où nombre « d’amis du libre » sont présents, tout cela est assez compréhensible.

Au passage, je note qu’il y a proportionnellement plus d’interactions régulières avec le compte Mastodon où je dois compter 150 abonnés qu’avec le compte Twitter qui dépassait les 600 quand je l’ai quitté … (après avoir enlevé plus de 200 inactifs…). Donc « moins nombreux mais plus actifs… »

diaspora icone

Oser s’affirmer sans s’enfermer dans l’élitisme du « Happy Few »

Ado j’appréciais déjà des chanteurs peu connus du grand public. Avec quelques amis -rares- cela permettait de nous affirmer dans la différence, d’assumer notre singularité.. Cela peut être vu comme une qualité, mais il y avait parfois une souffrance à ne pas être reconnus ou toujours acceptés avec nos « goûts bizarres ». Je sais que des copains étaient déroutés quand je leur faisais écouter une chanson de Julos Beaucarne, de Dick Annegarn ou de Colette Magny !

Il y a parfois de très belles choses dans la chanson commerciale, mais aussi tout un système où l’argent impose sa loi. Comme on reçoit le même flux d’informations, on écoute tous les mêmes productions éphémères, on mange la même nourriture etc.

Ce n’est pas récent. Charles Trenet qui fut l’auteur d’une oeuvre formidable s’est aussi compromis en faisant de la publicité pour un désodorisant…

Le pire serait de renoncer, se taire ou s’enfermer dans le conformisme ambiant.

Mais, je sais aussi les limites qu’il y aurait à se satisfaire de la petite bulle du « happy few » ou d’une « marginalité » … risque de se couper, de prétendre détenir une vérité etc.

Toute la difficulté aujourd’hui est de parvenir à susciter l’intérêt, aiguiser la curiosité de personnes largement sollicitées par des médias à grands moyens… qui n’hésiteront pas à puiser dans le travail de ces « marginaux » s’ils y voient un intérêt commercial…

Après tout Colette Magny avec sa chanson Melocoton s’est retrouvée en première partie de Sylvie Vartan !

Être présent et diffuser

On en voit encore quelques unes mais il ya avait autrefois un réseau de petites salles qui permettait de diffuser ce que la culture commerciale occulte depuis toujours. Petits lieux privés ou associatifs, réseau des maisons de jeunes et de la culture… Il y avait un public pour ça et les salles étaient fréquentées. Il y avait encore des disquaires avec un rayon « chanson française » où l’on trouvait Bertin ou Sylvestre…

De la même façon il faut pouvoir « tenir sa bulle » sur Internet. Assumer de proposer un autre chose qui n’entre pas forcément dans les cases ou les critères des « géants du Web » dont les algorithmes peuvent vous invisibiliser…

Pour que ça marche, cela suppose de tisser des liens, d’avancer, partager encore et encore…

Merci !

Linuxien ou pas, adepte ou pas de Mastodon, merci en tout cas de vos visites, de votre intérêt !

Et vive la différence !

Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *