20220121 142258

Le stylo

Un vieux café enfumé. 
Une banquette de moleskine. 
Un cahier d’écolier. 
Un stylo encre.
Un jambon beurre. 
Un petit noir. 
Une affichette de cinéma.
Bleue.
Le tintinnabulement de la cuiller de métal sur la soucoupe de porcelaine
Encore 
Un homme accoudé au bar
Le bonnet enfoncé sur la tête
Une musique électrique 
Je dois avoir dix-sept ans 
Le stylo cherche sur la page 
Mais l’oreille est aux aguets 
L’œil se pique à la fumée 
Une idée repousse l’autre 
Mon nez est empli de moka 
Une femme rit devant le grand miroir 
Quelque chose étincelle
Je pose le stylo
Mes lèvres vont à la tasse 
Baiser brûlé
Le sucre roule sous mes dents 
Ma vie commence
Mon premier salaire 
Le premier café offert avec ce premier argent
Mes yeux clignotent
La moleskine est froide sous le velours de mon pantalon
Je suis, une sorte de Petit Chose
Dans une préfecture de province 
L’aile de la mort rode déjà au dessus de la ville
Mais je ne le sais pas 
Je suis une jeune âme
J’ai fermé le cahier 
J’ai mis le manteau, noué l’écharpe
Je suis sorti 
Bien plus tard, bien trop loin j’ai compris que j’avais oublié le stylo. 
Je n’oserai pas revenir. 
Pourtant, je l’aimais bien ce stylo. 
Le garçon le ramassa et l’essaya satisfait au dos de l’addition
Il faut bien peu de choses pour mettre un terme à une carrière d’écrivain. 

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :