Le chemin derrière la maison

Publié le Catégorisé comme explorations
vue large sur le causse et la vallée du Lot

J’habite un chemin. Ce chemin mène sur le causse, à d’autres chemins, à des sentiers dont certains peuvent vous mener loin ou vous piéger au risque de la falaise. Lorsque vous pénétrez dans cet espace, c’est un autre monde. Comme si vous entriez dans un livre de contes, en pleine poésie… Une sorte d’éternité reliant à l’enfance, à l’Histoire, à l’immensité mystique. Hier après-midi, il pleuvait. C’était l’un des meilleurs moments pour explorer cet espace magique…

Rencontres

Lorsque je croise un chevreuil, j’ai pour habitude de dire que la journée sera forcément heureuse. Lui, était tout près de la maison, broutant tranquille. Je l’ai vu de loin, on aurait pu penser à un chien perdu… le zoom du smartphone avec lequel je prends les photos n’est pas très bon. Il n’a pas semblé très perturbé en nous voyant et s’est échappé en sautant la clôture…

Chevreuil

Croiser le chevreuil à l’entrée du chemin, c’était comme une invitation à entrer avec émotion dans un monde à part… Une clé pour revenir enfant et se laisser traverser de sensations. Guetter, écouter, humer, chercher, découvrir…

Plus loin, et à plusieurs reprises nous avons entendu l’aboiement caractéristique du chevreuil.

Madame et Monsieur Lièvre

On aurait dit un couple à la promenade. Tranquilles, absolument pas inquiets. Mais énormes. Je crois que je n’aurais pas été étonné de les entendre nous parler. Ils ont réalisé tardivement que nous arrivions en face et se sont éclipsés bien vite alors que Galou aurait bien voulu jouer avec eux…

Des chemins et des sentiers

Très certainement il y a de longs trajets à faire ici sur le causse… Galou le chien vieillit et j’ai des scrupules à le faire trop marcher, il ne peut affronter les pentes trop rudes, ni escalader comme autrefois…

Mais comme moi, il voulait poursuivre. Rejoindre le village pour le traverser et revenir par la route… L’air était doux et la pluie intermittente n’était pas un obstacle pour nous…

La brume s’accrochait ça et là…

Il existe sur le causse des chemins larges, des pistes… De nombreux terrains sont clôturés… Certains chemins deviennent des sentiers dont on voit qu’ils sont fréquentés et même entretenus…

Nous avons tenté l’un d’entre eux qui se terminait en cul de sac contre des barbelés… Un autre nous mena dangereusement juste au bord de la falaise sur un point culminant, puis nous fit passer près d’une ruine. Plus loin encore un panneau marquant un interdit soulignait le danger. Ici, surtout par temps de pluie, le sol peut être instable, on peut glisser… Ne pas croire qu’il n’y aurait aucun risque…

Il y a de quoi se perdre et des surprises à chaque virage…

Les paysages en quelques dizaines de mètres peuvent changer. Entre l’aridité du plateau et sa terre rouge, les flaques, puis les sentiers herbus, la vue sur la vallée et les montagnes au loin et enfin comme une récompense, la silhouette du château de Salavagnac-Cajarc se dessinant dans la brume… il y a de quoi s’en réjouir les yeux et le cœur.

Nous sommes rentrés trempés, le chien fatigué mais je le crois heureux de cet effort. Je mesure la chance inouïe de pouvoir vivre un tel dépaysement au quotidien, si près de chez soi. Ces lieux sont d’une intense poésie. Ils n’enseignent pas que sur la beauté de la nature, du règne animal ou de la force vitale. Ils désignent l’essentiel et nous emplissent et nous apprennent sur nous mêmes ouvrant des espaces insoupçonnés…

Vincent Breton

Par Vincent Breton

Vincent Breton auteur ou écriveur de ce blogue, a exercé différentes fonctions au sein de l'école publique française. Il publie également de la fiction, de la poésie ou partage même des chansons !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *