Auray, - Morbihan, France (Union Européenne)
site@vincentbreton.fr

Improvisation

l'écriveur

Improvisation

Je pratique l’autocensure
Dans les sentiers de la mémoire
Brûlent les derniers sarments de mon enfance

Sanglante pivoine, mon cœur palpitait dans ta main
Fille d’eau livide, nos hanches dans le fleuve
La décrue défaisait ta nuque où tu sombrais noyée

La bouche pleine d’eau et de vase nous plongions
Immodestes et rêveurs dans cet étang envahi d’algues
Mon enfance était verte sous les feuillages humides
Des batraciens avides, aux yeux globuleux,
Léchaient nos cuisses blanches,

Le dernier signe de mon enfance
Cousue de fil d’Or et de contes rouges
Feuilles éparses dans la chambre
Un enfant saigne dans les draps blancs

Ce loup qui pleure m’a donné son couteau
Et c’est bien moi qui meurs, la lame sous la peau

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :