Capture decran du 2022 05 19 14 10 50 e1652962349296

L’histoire oubliée des femmes au foyer

Sur le replay de la chaîne Arte, vous pouvez encore revoir ce documentaire qui mêle journaux intimes et images de films amateurs tournées probablement en 8 mm pour la plupart, des années cinquante aux années soixante-dix…

Michèle Dominici en est l’auteure.

Le film dure un peu plus d’une heure et décrit avec délicatesse et lucidité le destin de tant de femmes, destin qui n’est d’ailleurs ni si lointain, ni révolu.

Trop violent pour pouvoir être partagé, le journal intime de ma mère, dont une grande part fut écrite dans ces mêmes années, décrivait cet esclavage domestique auquel les femmes furent contraintes. Une prison. Ses journées commençaient souvent à cinq heures.

L’époque qui envisageait à peine le divorce, ne permettait pas qu’on puisse s’épanouir sans élever des enfants.

Maumariée, ayant pourtant eu “la chance” de travailler, ma mère souffrit tout autant d’avoir sacrifié sa vie pour élever deux enfants. Elle mourut jeune et je suis convaincu que célibataire, émancipée de ces contraintes, elle aurait réalisé ses rêves d’études, d’écriture et d’amour.

Elle fit de moi sans discours un féministe. Je n’avais pas douze ans quand elle me demanda : “Tu aimes avoir des chemises repassées ? Voici le fer”.

Ces satanées tâches ménagères qui pèsent. Combien je vois encore de jeunes hommes les laisser à leurs mères ou à leurs compagnes. Ces “maris enfants” pour la vie. Combien j’ai vu de vieux démunis ne sachant pas où se rangent les fourchettes dans leur maison et incapables de se débrouiller une fois la belle partie… Tous ces braves types, “pas tous” violents, ces salauds mous.

Et le souvenir aussi de ces femmes “libérées” qui une fois veuves retrouvaient une seconde jeunesse.

Tout cela semble éloigné. Et pourtant le “me too” n’en est que le soubresaut, un hoquet. Est-il ultime ?

À entendre les crétins qui glapissent sans comprendre dès qu’une femme proteste un peu et voudraient choisir “les bonnes ou les vraies féministes”… il reste du travail.

Mais voyez ce documentaire…

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :