Le site se tisse…- éditorial

Quelques années déjà qu’existe ce site. Trois ans ? Oui chez cet hébergeur. Des constantes et des évolutions. L’étrange exercice. Un site Internet, c’est un objet étrange. Il faut des contenus et une mise en page. Une ligne “éditoriale”, tenir la durée, capter l’attention. Le pari est encore plus délicat pour l’autodidacte qui ose partager des créations personnelles et non seulement comme je le faisais autrefois des articles “professionnels”.

Visiteuses ou visiteurs, les zunes et les zuns forment ce bienveillant petit groupe des fidèles. Ils encouragent, toujours positifs. On ose rarement dire que le poème est mauvais ! Et pourtant, je ne vexerais pas… D’autres passeront ici par le plus pur des hasards numériques. À la faveur d’un mot clé, en navigant aléatoirement. Ils ne resteront parfois que trente seconde sur une image, oseront écouter un bout de chanson. Reviendront peut-être dérouler le poème sur l’écran. Beaucoup ne reviendront jamais. D’autres “s’abonneront”. J’aime bien l’idée de ces passagers presque clandestins. Parfois l’un partage quelques vers, un autre me fait grand bonheur d’inviter ses élèves à en apprendre. Rien ne me touche plus.

Mais je ne travaille pas pour la gloire. Si je vais sans honte, aucun orgueil ne me guide. Parfois une chanson sera très écoutée -enfin je m’entends, quelques dizaines de fois, parfois plus… – une autre passera inaperçue. Et pourtant c’est celle que j’aurais bien voulu mieux partager !

Dans la réalité vraie de ce site, avant tout, avec cette étrange collection, s’il y a l’espoir que ça vous plaise, plus encore, il y a celui que “ça vous donne envie d’oser”. Rien ne devrait être plus libre et démocratique que d’inventer une poésie ou une chanson. Rien n’est plus délicieux que ces familles où l’on chante tous ensemble où lorsque l’ado prend sa guitare dans le salon et que le grand-père éteint la téloche. Rien n’est plus reliant et apaisant que ces poèmes offerts à l’amoureuse, à sa mère, à un ami… Ces tableaux dessinés pour un proche, ces photographies où l’on est allé chercher une émotion à partager. Alors la poésie entre tranquillement dans les maisons. Et si dans la maison il n’y a plus qu’une personne, alors elle y trouvera aussi du réconfort.

C’est ça l’idée de ce site. Parfois j’ai manqué de temps, j’ai hésité sur sa forme, ce que je devais y mettre. Je me suis dispersé, fourvoyé, battu avec des problèmes techniques. Mais l’idée est là. Ce site est pour vous.

À présent, il s’agit pour moi de me recentrer un peu, à la fois sur différents objets de création et le partage vers vous via ce site. J’en tenais d’autres, ce sera avec parcimonie et puis seul celui-ci devrait subsister. Je vieillis, j’ai tellement à faire tant que je peux !

Vous avez vu la mise en page évoluer, le menu aussi, pour vous simplifier la navigation et vous rendre le moment agréable si possible. vos retours sont bienvenus. Ce “Journal” continuera d’être le fil rouge, l’accompagnateur ou le présentateur de ce que je laisse à votre curiosité.

La vie , la mienne, la vôtre change et évolue vite. Si vite ! Plus vite encore ! Tout semble fuir entre nos mains. Les peurs pourraient nous manger le cœur. La vie d’avant, la vie du passé, celle d’hier après-midi me semble à des milliards de kilomètres. Lointain temps des académies, des petites et des grandes écoles, des plaintes et des conférences, des colloques et des concours, des inspections et des calicots bruyants sous mes fenêtres… Comme le vélo, il y a des choses que l’on n’oublie pourtant pas vraiment. Mais la roue tourne et on les regarde autrement.. D’ailleurs l’autre jour, un distingué agrégé lors d’une de ces discussions idiotes que l’on croit devoir tenir sur un réseau social m’a bien rappelé que je n’avais plus rien à dire de l’instruction des jeunes enfants. Dégagé !

Oui ! Libre et dégagé c’est ainsi que je veux oser m’amuser un peu avec ce que je vous partage ici. Sans prétention sûrement, mais sans honte non plus. Comme une amicale carte postale que l’on envoie où une pâtisserie maison, faite avec des ingrédients choisis. Ah, oui, j’aurais pu écrire des recettes aussi !

À bientôt j’espère ! Partagez sans vergogne si vous aimez !

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :