lundi

Y a comme un climat

Un climat d’entre deux tours. Même à la promenade les gens se regardent par en dessous.

Ils se soupçonnent. Macronien ? LePéniste ? Mélanchonabstentioniste ? Mélanchonvotant ? Bulletinblanc ? Socialiste errant dans les dunes ? LR cherchant des pièces de monnaie perdues dans les rochers ?

Seuls les jeunes gars athlétiques tirant sur la corde de leur planche à voile ou de leur sky-surf se foutent totalement de la situation, indécents d’insouciance.

2voile

Ici, les chiens d’extrême-droite ne sont pas de vigoureux bergers allemands mais plutôt de vieux petits roquets blancs aux yeux jaunes et au cul rougi par la constipation. Ils regardent Galou de travers (c’est un métisse labrado-malinois) et tirent parfois sur leur laisse hargneux dans l’espoir de lui décocher un coup de dents dans le radius. Lui les contemple de haut sans condescendance ni crainte. Galou n’est pas raciste. Il s’entend très bien avec la chatte et des humains de toutes sortes.

Ça pue sur les réseaux sociaux

La gauche achève de se déchirer. Les pro-abstentions tentent de se trouver des excuses et des justifications, les ambigus ergotent de supériorité et nous autres soucieux d’éviter le pire, on prend à chaque fois le risque de la moraline.

“En fait elle est très gentille maman…” disent les aficionados de l’héritière. “On fera tout ça en douceur”... Ben voyons. Avec quelle vaseline ?

De l’autre côté, ça pagaie comme ça peut.

En vrai, il n’y aura pas de majorité de pensée et de choix dans ce pays. Y a plus de citoyens mais des consommateurs qui voudraient ne cocher que les croix qui leur plaisent dans un menu livrable de suite pour pas cher…

La pire des campagnes !

Quand même… de bout en bout. Elle aura été bien puante, bien basse, bien sale… On aura beaucoup parlé sur des personnes sans jamais leur donner la parole…

12 catalogues. 12 candidats faisant plus de vent qu’une éolienne mais…

Et c’est pas fini, n’est-ce pas ?

Il y aura les législatives et peut-être derrière comme des vagues d’épidémie un quatrième ou cinquième tour dans la rue…

De loin, de l’étranger, on nous regarde avec inquiétude.

Quoi ? La France donneuse de leçons est tombée si bas ? Elle oublierait son héritage, ses valeurs universelles, les droits de l’homme et tout ce qui va avec ? C’est comme ça que vous la traitez la devise républicaine ?

Le pouvoir d’achat

Faut-il dépenser pour exister ?

Les caddies débordant de bouffe au supermarché dans la file, me font toujours aussi peur. On se goinfre pas mal encore.

Ou pas du tout. S m’expliquait qu’il se faisait des parts de pâtes plus petites. Pour tenir jusqu’à la fin du mois. Mais il n’est pas allé voter. C’est ballot.

Oui c’est capital de pouvoir manger à sa faim, de bénéficier d’un minimum. Ça devrait aller de soi. Comme le droit de se soigner ou de s’instruire. Mais ça ne peut être le but dans la vie.

Faudrait songer à redevenir des consommateurs citoyens et même des citoyens tout court. Des gens qui aiment bien faire durer leurs objets et font gaffe à une certaine sobriété… Je suis trop fier, malgré l’augmentation du coût de l’énergie, j’ai réduit mes dépenses d’énergie de 20% déjà sur un an… Juste avec quelques petits changements. Et je pourrais sans souffrir en faire d’autres.

Faudrait redevenir bienveillants et cesser de nous dénigrer. Un rien d’entraide plutôt que balancer pépé à l’hospice le plus tôt possible et le voir le moins possible.

Faudrait se reparler valeurs et solidarité au lieu de nourrir les égoïsmes. Arghh… j’utopise !

Tenir sans céder à la déprime

Je limite ma consommation de news, de débats, de réseaux… Mais tout ça me turlupine. L’impression depuis les simagrées puantes du chroniqueur récidiviste qu’on a sombré dans un climat cauchemardesque et infini de soupçon et de zizanie.

J’imagine déjà ceux qui acerbes se préparent à tremper leur plume de corbeau pour dénoncer le non conforme. Les risques de violence et de dérapages en tous genres…

L’héritière a dit à la téloche, qu’elle voulait voir arriver en France “des gens qui nous ressemblent”. Mais moi, je ne veux pas lui ressembler ! Ou devrais-je partir ?

Nulle envie de voir ou entendre tous ces hargneux qui n’attendent qu’un signe pour venir nous mordre les mollets.

Garder l’espoir et rester zen

Oui. Se rassurer comme on peut. Dans la vraie vie les gens sont plus calmes. Faut juste pas leur tendre un micro.

Ils râlent. De là à se bouger les fesses pour transformer les choses sans forcément commencer par tout casser, il y a de la marge.

Si j’avais dix ou vingt ans de moins, je sais pas, j’inventerais quelque chose.

Mais je suis vieux. La révolution, je la ferai juste à la maison. Et puis je dirai ce que j’ai envie de dire. Quoiqu’il advienne. Et s’il faut résister, je résisterai ! Il faudra de l’énergie positive !

Mais bon, dimanche, pour éviter qu’elle n’amène le pire j’irai une nouvelle et dernière fois voter pour cette mauvais copie de Boris Vian. Qui aurait été beaucoup plus drôle et chouette comme président. “On est pas là pour se faire engueuler”.

Boris Vian

Il conclut la chanson en disant :

Portez-vous bien, mais nous on s'barre
Et puis on est descendus chez Satan
Et là-bas c'etait épatant!...
C'qui prouve qu'en protestant quand il est encore temps
On peut finir par obtenir des ménagements!

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Retour haut de page
%d blogueurs aiment cette page :