Auray, - Morbihan, France (Union Européenne)
site@vincentbreton.fr

Courage !

sans honte ni orgueil

Courage !

Enfant, j’appartenais aux jardins, aux livres, à l’amitié
Grandissant l’avenir incertain, dessinait sur ma bouche muette
Son ombre sombre et mon âme inquiète
Dessinait sur la vitre de mon espoir froissé
Un grand point d’interrogation
Quelle sera ta vie mon garçon ?

Mère-grand me disait « Courage ! »
Ce n’est pas que j’en manquais
Je pressentais le triste présage
Lorsque ce mot, elle prononçait

A quelle bataille bien amère
Allais-je devoir me livrer
Quel couperet austère
Sur ma nuque allait tomber ?

Jeté dans la cour d’une école
Dans un petit matin frisquet
L’ennui faisait une auréole
A mes rêves d’élève distrait

Mère-grand me clamait « Courage ! »
Et d’une voix de stentor
Je n’étais qu’un petit page
Pourtant prêt à tous les efforts

Quand les crétins harceleurs
Du collège me poursuivirent
Car ils moquaient ma candeur
Comme alors j’aurais voulu fuir

Par nature pacifique
Rétif à toute bataille aux poings
Préférant les jeux poétiques
Je fus exclu de leur équipe

Mère-Grand me chantait « Courage ! »
Ça ira mieux demain !
Ne te mets surtout pas en rage
Ce ne sont que des gamins

Mes parents n’assumaient point
Le fait d’avoir donné enfant
Je fus cet étrange orphelin
Possédant deux parents vivants

N’ayant pas demandé à vivre
Encore moins compter leurs disputes
Alors je préférais les livres
Et pour ma vie cherchant un but

Mère-Grand me disait « Courage ! »
Il te faut d’abord un métier
Quand tu iras à ton ouvrage
Tu pourras bien te libérer

Tous ces matins qui se succèdent
Et ces factures qu’il faut payer
Et les tracas, toujours sans aide
Vivre pour payer son loyer ?

Ces compétitions absurdes
Les petit chefs très ambitieux
Jamais merci, et toujours plus
Et lors déjà tu te sens vieux

Mère-Grand me disait « Courage ! »
Elle-même avait un peu perdu
De sa hargne les épreuves et l’âge
Un peu moins sûre d’elle vois-tu


Car il en faudra du courage
Pour toutes les amitiés perdues
Les amoures parties à la nage
Les morts qui ne se comptent plus
Courage face aux crétins haineux
Courage pour les choses inutiles
Courage pour défendre un drapeau
Courage pour défendre ta peau
Courage pour croire en tes valeurs
Courage pour tenir ton honneur
Et n’attendre rien en retour
Juste être fidèle au petit jour

Et à l’Espoir de te savoir
Frère au sel de l’amitié
Camarade des libertés
Courage renaît en fraternité

Allez « Courage ! »

On va y arriver…

Mais

A quoi ?

Vincent Breton – droits réservés

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :